Aérien-007v-R.jpg
24929983126_08cc5836d6_b.jpg

UN PEU D'HISTOIRE

Serrarias, Sarreres … Serrières de Briord

Le cadre naturel entre la montagne (roches de la Craz et le Fort), la rivière (Pernaz) et le fleuve Rhône a favorisé le développement du village et lui a donné son nom (ser=serrure).

Lors des travaux d’aménagement du Rhône par la CNR, trois sites archéologiques sauvegardés et fouillés (entre le Pré de la Cour et Saint léger) ont révélé des traces d’habitat, de cultures et d‘artisanat (-1200 à -800).

De -58 au 4ème siècle, les Romains ont colonisé le Bugey qui se trouvait sur la voie Vienna - Lugdunum - Geneva, sur la rive droite du Rhône Jurassien. Ils fixèrent les bases de la vie économique de cette région : voies terrestres tracées, exploitation des carrières de pierres calcaires, viticulture, transport fluvial de pierres et de vin, adductions d’eau. A l’époque gallo-romaine, ces lieux de vie en bordure du Rhône ont perduré jusqu'au 4ème siècle (fin de la colonisation).

20210723_132727.jpg

LE VIEUX VILLAGE

PATRIMOINE DE LA COMMUNE

On accède au vieux village depuis la route départementale par des ruelles étroites bordées de petites maisons de pierre aux pignons crantés de lauzes. Ces voies convergent au pied de Chateland, au niveau de l’église, à l’entrée des gorges de l’Avent.

Au Moyen-âge, la densité de la population s’accentua. En 1115, date de la création de la Chartreuse de Portes, la chapelle de Serrières possédait un chapelain. L’église, devenue paroisse au 14ème siècle, fut agrandie puis restaurée plusieurs fois ; dernièrement en 1963, afin de préserver son chœur roman. Le cimetière qui entourait encore l’église fut déplacé au 19ème siècle.

Le lavoir (1902) alimenté par le canal dérivé de la Pernaz et le four banal du Petit Serrières (1792) furent également restaurés et rappellent les coutumes passées. Un autre lavoir fut déplacé à l’entrée du bourg et reconverti en fontaine.

DEMOGRAPHIE

1836 : 569 habitants /

1901 : 754 h. / 2001 : 1055 h. / 2015 : 1350 h. / 2018 : 1279 h.

A l’époque féodale, Serrières a été la possession du royaume de Bourgogne, du Dauphiné, puis de la Savoie, enfin du royaume français (cession à Henri IV en 1601). Serrières fait partie du département de l’Ain depuis 1790 et fut rattaché au canton de Lhuis de 1800 à 2014 puis à celui de Lagnieu.
Le Petit Serrières (ex-hameau de Montagnieu), sur la rive gauche de la Pernaz, fut annexé en 1892.

Aujourd’hui le bourg se développe encore, vers l’ouest, en direction du Rhône, sur d’anciennes terres agricoles et viticoles. Depuis quelques années, de nouvelles familles, en quête d’un cadre de vie plus équilibrant, viennent vivre à Serrières de Briord.

Vie économique d'autrefois

Plusieurs entreprises très actives au 19ème siècle et au cours de la première moitié du 20ème ont maintenant disparu :

  • Extraction du minerai de fer de 1858-1888 (création du chemin de la Craz).

  • Exploitation de plusieurs usines de tissage de la soie par des fabricants d’étoffe de soie de Lyon qui trouvaient dans notre région la main d’œuvre nécessaire. Cette activité a pris fin assez brutalement : un patron en difficulté quitta son usine devant les conflits et abandonna son manoir inachevé. Les anciens bâtiments sont aujourd’hui reconvertis.

  • Fabrication de casses d’imprimerie, alimentée par l’énergie du canal de la Pernaz.

  • Carrière de Gras sur la route de Bénonces.

  • Fermeture de la gare lorsque le tramway qui reliait Brégnier Cordon à Sault Brénaz s’est arrêté en 1906.

  • Scieries.
     

Activités actuelles…

Le village continue d’offrir services et commerces.

Son économie est très diversifiée :

  • L’artisanat traditionnel perdure et évolue vers de nouvelles exigences du monde moderne.

  • L’agriculture permet encore à quelques familles de vivre de la production laitière et de la culture du maïs.

  • Le cœur de village, inauguré en 2007, a redynamisé les commerces et modernisé les services.

  • L’atout majeur : un site naturel propice au tourisme et aux loisirs.

Monument v.jpg